Appel à communications 2018-2019

Séminaire doctoral Doct’ISOR
Une séance par mois au Centre Panthéon (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Appel à communications
« Faire l’histoire des sens par les productions médiatiques et culturelles »

Les cinq sens (XVIIe siècle)

Depuis 2014, le séminaire des doctorants de la composante Images, Sociétés, Représentations (ISOR) du Centre d’Histoire du XIXe siècle se réunit une fois par mois pendant le deuxième semestre universitaire pour encourager les échanges entre jeunes chercheurs travaillant sur des sources visuelles, radiophoniques ou audiovisuelles. Elle leur permet de présenter leurs recherches, d’en discuter avec d’autres jeunes chercheurs et de les valoriser – les communications peuvent donner lieu à une version écrite publiée dans le carnet de recherche Doct’Isor et la page du séminaire sur Hal-SHS ou encore d’un article dans la revue Sociétés & Représentations. Les étudiants de Master sont vivement incités à se joindre à ce séminaire et à venir y présenter leurs propres recherches dans un cadre moins formel que celui d’un exposé universitaire ou d’une soutenance.

Cette année, le séminaire se concentrera sur une thématique unique : « Faire l’histoire des sens par les productions médiatiques et culturelles ». Ce thème s’inscrit dans la poursuite des trois axes de réflexion privilégiés lors des précédents séminaires (représentations et imaginaires ; histoire sociale et histoire des médias ; récit, fiction et histoire) tout en l’ouvrant à de nouveaux questionnements, plus spécifiques, liés à l’histoire des sens et des sensibilités.

La préoccupation historienne pour l’histoire des sens n’est pas récente : Charles Seignobos remarquait déjà ne pouvoir « comprendre les mouvements d’un danseur sans entendre la musique sur laquelle il danse » [PROST, 2010, p. 190], tout comme Lucien Febvre invitait à se pencher sur la vie affective, c’est-à-dire sur les sensibilités et les émotions [FEBVRE, 1941]. Mais ce n’est que depuis une trentaine d’années que le champ de l’histoire des sens s’est véritablement développé en France, sous l’impulsion d’Alain Corbin, inspiré par l’anthropologie sensorielle développée outre-Atlantique [GELARD, 2016].

L’ouïe, l’odorat, la vue, le toucher, le goût permettent à l’être humain de percevoir le monde extérieur, et peuvent, sous l’effet de l’émotion, exprimer des états d’âme, des bouleversements internes. Les sens créent une relation entre le moi et le monde, entre l’intérieur et l’extérieur, l’individuel et le collectif. Ainsi les perceptions sensorielles sont-elles centrales pour comprendre les sociétés du passé. Mais l’historien se heurte à leur caractère invisible, immatériel, insaisissable car profondément ancrées dans l’intimité et l’individualité de chacun, en fonction de ses sensibilités propres. C’est donc par traces que l’historien doit procéder pour appréhender ces phénomènes, qui ont en commun avec les émotions, d’être « passagers » [AMBROISE-RENDU et al., 2014, p.13] – traces qu’il retrouve dans plusieurs types de sources : littérature, peinture, traités médicaux, littérature scientifique, films, etc. Dans le cadre du séminaire, nous nous concentrerons plus précisément sur les productions médiatiques (presse, films, émissions de radio ou de télévision) et culturelles (art, littérature) en laissant de côté les écrits personnels et la littérature scientifique.

En quoi les productions culturelles et médiatiques peuvent-elles nous renseigner sur les perceptions sensorielles passées ? Et à l’inverse, comment peuvent-elles être, elles-mêmes, créatrices de sens, d’émotions ?

Plusieurs axes d’études pourront être envisagés, sans être exhaustifs :

  • Les productions culturelles et médiatiques comme sources pour l’histoire des sens. Que peuvent-elles nous dire sur les manières de voir [MERLEAU-PONTY, 1985], entendre [KAHN, 1999 ; FARGE, 2009], sentir [CLASSEN, 1994], goûter [HACHE-BISSETTE et SAILLARD, 2015 ; ROGER, 2016] et toucher [ROBLES et SAVELLI, 2013] ? Alors que plusieurs disciplines se sont penchées sur les sens, il s’agirait ici de mettre en commun méthodes de travail et grilles de lecture pour faire l’histoire des sens à partir de ces sources.
  • La question de la hiérarchie des sens sera également à prendre en compte – selon les aires culturelles, les périodes historiques, assigne-t-on la même place aux sens, les uns par rapport aux autres ? La réflexion pourrait également porter sur les handicaps sensoriels et leurs représentations dans la littérature, les médias, etc.
  • Comment livres, films, peintures et musiques parviennent-ils à véhiculer des « images sensitives », de l’odeur nauséabonde du château de Versailles sous Louis XIV aux sensations de froid, de faim, de saleté des soldats de la guerre 1914-1918 ? Il serait également intéressant d’aborder les éventuelles différences de représentation des sens selon les supports (écrits, images, sons, etc.).
  • Les productions culturelles et médiatiques comme génératrices de sens. Comment sollicitent- elles notre vue, notre ouïe, notre toucher, et parfois même notre odorat et notre goût ? Et quelles émotions produisent-elles ?
  • La question de la reconstitution des perceptions sensorielles pourrait également être abordée alors que se multiplient les expériences de reconstitution de paysages sonores [PARDOEN, 2017], des recettes ou des parfums antiques, etc.

Avec une perspective claire d’histoire culturelle et sociale, le séminaire cherchera à encourager une réflexion historienne sur toutes les périodes historiques et toutes les aires culturelles.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le mercredi 12 décembre 2018 à l’adresse suivante : etudiantsisor@gmail.com. Elles comporteront un intitulé provisoire, un résumé du projet d’intervention (400 mots maximum) et quelques informations relatives à l’auteur permettant aux organisateurs d’échanger avec lui en vue d’une préparation commune de la séance (nom du directeur de recherche, sujet de thèse, université de rattachement, adresse mail et numéro de téléphone). Pour plus d’informations, rendez-vous sur le carnet de recherche des doctorants d’ISOR (https://isor.hypotheses.org/).

Bibliographie indicative

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Anne-Emmanuelle Demartini, Hélène Eck, Nicole Edelman (dir.), Émotions contemporaines, XIXe-XXIe siècles, Paris, Armand-Colin, Collection « Recherches », 2014

Constance Classen, Aroma: The Cultural History of Smell, London, Routledge, 1994

Constance Classen, The Deepest Sense: A Cultural History of Touch, Champaign, University of Illinois Presse, 2012

Alain Corbin, « Histoire et anthropologie sensorielle », Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, Aubier, 1991, pp. 227-241

Alain Corbin, Une Histoire des sens, Paris, Robert Laffont, 2016

Jean-Jacques Courtine (dir.), Histoire des émotions. 3. De la fin du XIXe siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2017

Nélia Dias, La Mesure des sens. Les anthropologues et le corps humain au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2004

Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au XVIIIe siècle, Paris, Bayard, 2009

Lucien Febvre, « Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? La Sensibilité et l’Histoire », Annales d’Histoire sociale, n°3, 1941, pp. 5-20 [reproduit in Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 1992, pp. 221-238

Marie-Luce Gélard, « L’anthropologie sensorielle en France. Un champ en devenir ? », L’Homme, n°217, 2016, pp. 91-107

Pascale Goetschel, François Jost, Myriam Tsikounas (dir.), Lire, voir, entendre : la réception des objets médiatiques, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2010

Françoise Hache-Bissette, Denis Saillard (dir.), « À table ! » [dossier], Le Temps des Médias, n°24, 2015 David Howes, Sensual Relations: Engaging the Senses in Culture and Social Theory, University of Michigan Press, 2003

Douglas Kahn, Noise, Water, Meat: A History of Sound in the Arts, Cambridge MA, MIT Press, 1999

David Le Breton, La Saveur du monde. Une anthropologie des sens, Paris, Editions Métailié, 2006

Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1976

Maurice Merleau-Ponty, L’Œil et l’esprit, Paris, Gallimard, 1985

Mylène Pardoen, « Archéologie du paysage sonore. Reconstruire le son du passé », Revue de la BnF, n°55, 2017, pp.30-39

Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, éditions du Seuil, 2010 (1ère éd. : 1996)

Amanda Robles, Julie Savelli (dir.), « Le Toucher » [dossier], Entrelacs, n°10, 2013

Olivier Roger, La cuisine en spectacle – Les émissions de recettes à la télévision (1953-2012), Paris, INA Editions, 2016

GeorgesVigarello, LeSentiment de soi, Histoire de la perception du corps (XVIe-XXe siècle),Paris,Seuil, 2014

Programme Doct’ISOR 2018

Attention : Inscrivez-vous aux séances du séminaire à l’adresse mail etudiantsisor@gmail.com. Munissez-vous d’une carte étudiante, professionnelle et de votre carte d’identité afin de rentrer au centre Panthéon.

Séminaire Doct’ISOR (2018)
Représentations de luttes, luttes de représentations

Un ou plusieurs mercredi par mois de 17h à 19h
Salle 19B (sous-sol) du centre Panthéon, Paris I Panthéon-Sorbonne

Le séminaire Doct’ISOR, créé en 2014 par les doctorants de l’équipe Images, Sociétés, Représentations (ISOR) du Centre d’Histoire du XIXe siècle, permet à de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux et d’échanger autour de questionnements méthodologiques et épistémologiques rencontrés dans le cadre de leurs recherches.

14 février 2018 : Luttes, genres et sexualités

Zoé SUMERA (Université Paris 1)
Lutte contre le sida, entre représentation de l’intime et du collectif : champ culturel de la maladie en France durant les années sida

Adelin.e LEMENAGER (Université Rennes 2)
Les Amazones : une figure d’empowerment au sein des luttes féministes et lesbiennes

28 mars 2018 : Donner à voir les luttes

Max BONHOMME (Université de Nanterre)
L’ornement de la masse. Fragments de foules dans le photomontage et la mise en page de magazines (1919-1939)

Yvelin DUCOTEY (Université d’Angers)
Réappropriation du biopic au prisme des luttes sociales: Les Suffragettes (Sarah Gavron, 2015); Selma (Ava DuVernay, 2014); Hunger (Steve McQueen, 2008)

11 avril 2018 : Révolutions et luttes des classes

Anna SAFRONOVA (Université Paris 1)
Les « vieux coopérateurs » contre les « nouveaux » : les transformations révolutionnaires de la représentation d’un promoteur des coopératives en Russie (années 1890-1920)

Marija PODZOROVA (Université Paris 7)
La lutte des classes illustrée par des artistes occidentaux pendant l’entre-deux-guerres

2 mai 2018 : Représentations sonores et iconographiques de la grève au XIXe siècle

Adrien QUIÈVRE (Université de Lille)
Représenter les luttes des mineurs grévistes au XIXe siècle : résonances du politique dans les gravures de presse

Marion DENISE (Université de Lille)
Iconographie de la grève dans les Hauts-de-France et en Belgique : récolement, historique et problématiques (1848-1914)

30 mai 2018 : Représenter les années 1968

Maxime LAUNAY (Université Paris 4)
La lutte antimilitariste et les représentations concurrentes de l’armée française dans les années 1968

Guillaume BLANC (Université Paris 1)
Mai 68 – Nous : sens du conflit et image de la multitude

13 juin 2018 : Figures de luttes

Gaëtan BONNOT (Université Paris 1)
Les réactivations d’une figure de lutte : la représentation de « Jacques Bonhomme » en lien avec la ruralité dans la presse, les libelles et les brochures (XIXe – XXe siècles)

Federico LANCIALONGA (Université Paris 1)
Coopérations, contacts et influences entre les cinémas militants français et italiens des « années 68 »

27 juin 2018 : Cinéma et théâtre : des lieux de représentation des conflits du XXe siècle

Anne BLEGER (Université Paris 1)
« J’Accuse » 1919 et 1938 : deux visions de la Première Guerre mondiale par Abel Gance

Mickaël ROBERT-GONÇALVES (Université Paris 3)
Rejouer la lutte. Théâtre, cinéma et grève dans le cinéma portugais révolutionnaire (1975-1976)

Les organisateurs :

Victoria Afanasyeva, doctorante contractuelle; Julien Centrès, doctorant; Eve Givois, doctorante; Céline Loriou, doctorante contractuelle; Erwan Pointeau-Lagadec, doctorant, ATER.

 

L’aventure est en cuisine ! Les ménagères de la BD franco-belge des années 50

Par Astrid Marabet

 

Pour citer cet article : Astrid Marabet, « L’aventure est en cuisine ! Les ménagères de la BD franco-belge des années 50 », Séance n°6 du séminaire Doct’ISOR, tenue en salle 19B du centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le 18 mai 2016. URL : https://isor.hypotheses.org/316

Résumé

Jean Roba, Boule et Bill. Souvenirs de famille, 16, Dupuis, 1979, p. 29.

Durant les années 50 et 60, parmi les personnages qui ont animé les cases de la bande dessinée franco-belge, certains sont et restent connus de tous et toutes, tant ils sont devenus de véritables emblèmes. Ces personnages, qui évoluent dans des genres différents, ont des profils divers. Ils sont intrépides, courageux et constamment à la recherche d’aventures comme Tintin, Spirou, Astérix et Lucky Luke. Ils peuvent aussi être drôles et attachants comme le duo formé par Boule et Bill ou l’incorrigible Gaston Lagaffe. Ce sont tous des personnages masculins. En revanche, les personnages féminins semblent très peu présents dans cette période si prolifique pour la bande dessinée franco-belge. Pourquoi sont-ils si discrets, voire parfois « décoratifs » et pourquoi semblent-ils moins prestigieux que leurs homologues masculins ? Le présent travail de recherche s’efforce de démontrer et d’expliquer deux phénomènes qui touchèrent les « femmes de papier » durant la période des Trente glorieuses : une relative absence pour les unes, mêlée à une représentation empreinte de stéréotypes pour d’autres. Ce n’est qu’à la fin de cette période qu’apparaissent et s’affirment de manière croissante des héroïnes plus émancipées, dans le contexte de libéralisation des mœurs que connaît alors la société française et qui s’exprime, notamment, dans les arts. Dans cet article, nous nous intéresserons à un des types de personnages féminins fameux dans la production franco-belge de cette période, celui de la ménagère, en analysant ses caractéristiques morales et physiques, ses interactions avec les autres personnages, sa place et son évolution dans les séries étudiées.

Astrid Marabet est diplômée d’un Master recherche en Droit public et sciences politiques, spécialité Droits de l’Homme (Université Lumière Lyon 2) et d’un Master recherche en histoire contemporaine, spécialité Jeunesse, éducation, genre et sociétés XIX-XXIe siècles (Université Paris-Sorbonne). Cet article est réalisé à partir des travaux de son mémoire de recherche de Master 2 en histoire contemporaine intitulé Du fourneau au vaisseau spatial, la représentation de la femme dans la bande dessinée franco-belge jeunesse parue en France pendant les Trente Glorieuses, sous la direction de Monsieur Jean-Noël Luc, professeur d’histoire à l’Université Paris-Sorbonne.


Continuer la lecture