AAC – Journée Doct’ISOR Violences domestiques et médias en France, XIXe-XXIe

Argumentaire

Il y a un peu plus d’un an, en janvier 2021, La Familia Grande de Camille Kouchner révélait un drame familial, celui de l’inceste commis sur son frère jumeau par leur beau-père, le politologue Olivier Duhamel. Ce témoignage vendu à près de 350 000 exemplaires a ouvert une porte d’entrée à celles et ceux qui, victimes de ce type de violence, ne pouvaient prendre la parole. L’ampleur médiatique est alors immense. À la suite de cette publication, un hashtag #MetooInceste est lancé par le collectif NousToutes sur Twitter. Plus de 80 000 messages contenant ce hashtag seront publiés en une journée. 

La famille, serait-elle comme l’affirme la psychiatre Murielle Salmona « une des pires zones de non droit[1] » ? Elle est l’espace dans lequel les violences telles que le viol, l’inceste, l’infanticide, le féminicide mais aussi les violences par la parole font de nombreuses victimes. Les violences domestiques font l’objet depuis des décennies de monstration à travers les médias sous forme de reportages, de documentaires, de “réalités-fictions”, et d’entretiens avec les victimes notamment. Cette exposition des souffrances auprès d’un large public a pris différentes formes et s’est accompagnée d’un discours évolutif quant aux types de blessures. Certaines d’entre elles occupent aujourd’hui davantage le devant de la scène (violences incestueuses), tandis que d’autres sont sinon cachées, du moins contournées (violences psychologiques, maternelles par exemple). En effet, si l’image de la famille et le rôle assigné à chacun des membres qui la composent sont associés à un contexte précis, la notion de violence l’est tout autant. De sorte que la loi mais aussi les médias influent les usages et relations au sein de l’espace familial et dans les représentations des transgressions qui peuvent y advenir. Ainsi, les médias contribuent à la visibilité ou au contraire, à l’invisibilité de certains types de violences et participent puissamment aux imaginaires qui leur sont rattachés. Ils occupent également un rôle dans la portraitisation des victimes et des agresseurs au sein du cercle familial. 

Finalement, les violences domestiques relèvent à la fois de l’individu et du collectif, de l’intime et du social. Leurs traitements médiatiques proposent des réflexions nouvelles aux chercheurs qui s’y intéressent. En lien avec les préoccupations du Centre d’histoire du XIXe siècle (axes Images et Violences) et en association avec les recherches et travaux d’Anne-Emmanuelle Demartini, cette journée d’étude organisée par l’équipe des doctorants ISOR (Images, sociétés, représentations) a pour objectif de poursuivre trois pistes de réflexion privilégiées (représentations et imaginaires ; histoire sociale et histoire des médias ; récit, fiction et histoire) sur les violences domestiques. Elle se propose alors de répondre à ces enjeux notamment au travers de différents axes :     

  • Lorsque Alain Corbin écrit que « le baiser, l’attouchement ne revêtent pas la même signification selon les époques et selon les cultures[2] », il nous rappelle que certains actes qui pouvaient être tolérés à une époque sont aujourd’hui devenus transgressifs, illégaux ou non acceptés par les familles, les groupes sociaux et plus largement la législation. De sorte que la représentation de violences sexuelles dans les œuvres artistiques et littéraires, par exemple, ont souvent été le support de rêveries érotiques et que la violence domestique a longtemps évoqué une forme de soumission, considérée comme expression de respect et d’amour de la victime envers son bourreau. Les exemples du crime passionnel ou du châtiment corporel sont à ce titre remarquables, ne faisant pas l’objet d’une même attention selon les époques et les cultures (cf. interdiction des violences éducatives ordinaires en France depuis juillet 2019). Les approches théoriques des différentes disciplines scientifiques (sociologie, Gender Studies, criminologie etc.) ont contribué à l’étude, à l’analyse et au traitement plus complets du phénomène. De quoi parle-t-on lorsque nous évoquons la violence domestique ? Quels sont les sens et les acceptions du terme ? Comment les pratiques culturelles et les représentations artistiques ont-elles nourri son évolution ? Telles sont les questions auxquelles cet axe permettra de répondre.     
  • La question des sources et celle de la méthodologie adoptée par le chercheur sont deux enjeux essentiels qui pourront être discutés lors de cette journée d’étude. Face à la multiplicité des archives judiciaires, des témoignages, des sources écrites et audiovisuelles, comment travailler sur les violences domestiques ? Comment ces documents particuliers sont-ils identifiés, classés, répertoriés ? Qu’en est-il de la parole et des témoignages oraux des victimes et agresseurs ? Comment reconstituer et formuler des hypothèses quand les fonds manquent ou taisent certaines violences ? Cet axe sera aussi l’occasion d’explorer les enjeux auxquels doit faire face le chercheur lorsqu’il est confronté à des archives intimes et parfois difficiles. Quelles sont les émotions suscitées par ce type de sources et comment conserver le recul nécessaire pour établir un travail de recherche ?                
  • Longtemps considérées par l’appareil médiatique comme des faits divers, les violences domestiques ont commencé depuis quelques années, à la lumière d’affaires très discutées comme la grâce de Jacqueline Sauvage ou l’activisme de mouvements comme Collage Féminicide, à être considérées comme des faits de société. Comme dans la presse, cinéastes, documentaristes et journalistes s’en sont emparés, dans des formats très divers, du reportage de journal télévisé au documentaire de 52’ et avec des sujets aussi variés que les violences conjugales dans la ruralité française ou les féminicides consécutifs au confinement de mars 2019. La parole des victimes, des bourreaux, des autorités politiques, policières et judiciaires y ont trouvé une place, variable et contestable. Cette multiplicité d’approches pose des questions de fond auxquelles ce troisième axe tentera de répondre. Quelles formes de témoignages sont-elles privilégiées pour parler d’actes relevant de l’intimité ? Comment interroger les auteurs de violences ? Quelles ressources sont mobilisées pour bâtir une généralité qui donnerait l’espace à une analyse englobante des violences domestiques ? Dans quelle mesure les violences domestiques ont tendance à quitter le registre du fait divers pour devenir, dans le récit médiatique, un fait social ?
  • L’émergence dans l’actualité de faits de violence domestiques pose la question de leur narration dans l’espace médiatique. La télévision par exemple, capable de toucher une large audience, participe à la reconnaissance de sujets de société longtemps passés sous silence. Cette quête de vérité ne s’exprime pas seulement dans les journaux télévisés ou les magazines d’information. La fiction, sur le petit comme le grand écran, dans la presse et les romans, s’empare également de ces thématiques et nourrit nos imaginaires. La diffusion de téléfilms sur des sujets complexes (maltraitance, agression sexuelle, etc.) est une autre façon de susciter des débats -intergénérationnels- et de faire évoluer la société. Des représentations se révèlent toutefois derrière des intrigues et des personnages. Quelles sont les spécificités de la fiction dans la construction du récit médiatique, autour des violences domestiques ? Est-il plus facile d’aborder des sujets graves, inspirés de faits réels, par l’intermédiaire de comédiens et de faits perçus ? Les fictions incitent-elles à l’action publique ? Que nous dit la multiplication de « réalités fictions » sur l’évolution de la notion de souffrance physique et de violence psychique dans nos sociétés modernes ?

Avec une perspective claire d’histoire culturelle et sociale, cette journée cherchera à encourager une réflexion historienne sur la période contemporaine, soit à partir de la fin du XIXe siècle en se concentrant sur les médias de l’époque : presse, radio, cinéma, télévision et internet. 

[1] SALMONA M., Châtiments corporels et violences éducatives : pourquoi il faut les interdire, Paris, Dunod 2016, p. 13.

[2] FERRIERES-PESTUREAU, S. « Figures de la violence dans l’art pictural », dans Cahiers de psychologie clinique, vol. 39, no. 2, 2012, pp. 11-30.

Modalités des propositions

Cette journée d’étude est ouverte à la participation de tou.t.e.s les doctorant.e.s de toutes les universités.

Les propositions de communications sont à envoyer avant le vendredi 8 avril 2022 à l’adresse suivante : etudiantsisor@gmail.com. Elles comporteront un intitulé provisoire, un résumé du projet d’intervention (4 000 signes maximum) et quelques informations relatives à l’auteur permettant aux organisateurs d’échanger avec lui en vue d’une préparation commune de la journée (nom du directeur de recherches, sujet de thèse, université de rattachement, adresse mail et numéro de téléphone).

Comité d’organisation

  • Pierre Demon, doctorant, équipe Isor du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Solène Monnier, doctorante, équipe Isor du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Théo Sorroche, doctorant, équipe Isor du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Maria Xypolopoulou, doctorante, équipe Isor du Centre d’histoire du XIXe siècle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.