Merlin Lambert, “Juifs et pieds-noirs, ou « juifs pieds-noirs » ? L’exemple du cinéma”, Diasporas, n°27, 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du n°27 de la revue Diasporas intitulé “Judaïsmes: parcours dans la modernité”, pour lequel Merlin Lambert, ancien étudiant du Master Histoire & Audiovisuel et ancien membre de Doct’ISOR, a rédigé un article issu de son mémoire:

Merlin Lambert, “Juifs et pieds-noirs, ou « juifs pieds-noirs » ? L’exemple du cinéma”, Diasporas, n°27, 2016, pp. 125-142.

Résumé :
L’appellation « juifs pieds-noirs » est-elle légitime ? Si l’on peut en douter au regard de l’origine autochtone des juifs du Maghreb et des forts clivages ethnico-religieux qui sous-tendaient la société coloniale, il faut pourtant rappeler que la dénomination « pieds-noirs » s’est imposée dans le contexte bien précis de la guerre d’Algérie pour désigner l’ensemble des non-musulmans, qui deviendront des « rapatriés ». Par la suite, les rapatriés juifs en viendront à se détacher du groupe pied-noir pour affirmer une identité spécifique : « séfarades ». Pour autant, les productions cinématographiques postérieures aux rapatriements ont, semble-t-il, créé un imaginaire commun aux pieds-noirs juifs et non juifs…

Mots-clés : juifs, pieds-noirs, rapatriés, séfarades, cinéma.
Mots-clés géographiques : France, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc. 


Citer ce billet
Julien Centrès (2016, 8 décembre). Merlin Lambert, “Juifs et pieds-noirs, ou « juifs pieds-noirs » ? L’exemple du cinéma”, Diasporas, n°27, 2016. Doct'ISOR. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qis6