Catherine Roudé, Le cinéma militant à l’heure des collectifs. Slon et Iskra dans la France de l’après-1968

Catherine Roudé, docteure de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, chercheuse associée à l’équipe d’accueil d’Histoire culturelle et sociale de l’art (HiCSA) vient de publier sa thèse aux Presses Universitaires de Rennes (PUR) avec le concours de l’École doctorale 441 Histoire de l’art. Dans ce volume, intitulé Le cinéma militant à l’heure des collectifs. Slon et Iskra dans la France de l’après-1968, la chercheuse interroge les modalités d’intervention politique d’une partie des acteurs du champ cinématographique français, de la fin des années 1960 à la fin des années 1980. Ce travail questionne l’élaboration de modèles de productions spécifiques s’opposant au fonctionnement de l’industrie cinématographique, la diversité des voies d’engagement en cinéma ainsi que l’émergence de nouvelles pratiques de diffusion à l’aide d’archives jusqu’alors inexploitées et du recueil de nombreux témoignages.

Accéder à la page du catalogue des PUR

Merlin Lambert, « Juifs et pieds-noirs, ou « juifs pieds-noirs » ? L’exemple du cinéma », Diasporas, n°27, 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du n°27 de la revue Diasporas intitulé « Judaïsmes: parcours dans la modernité », pour lequel Merlin Lambert, ancien étudiant du Master Histoire & Audiovisuel et ancien membre de Doct’ISOR, a rédigé un article issu de son mémoire:

Merlin Lambert, « Juifs et pieds-noirs, ou « juifs pieds-noirs » ? L’exemple du cinéma », Diasporas, n°27, 2016, pp. 125-142.

Résumé :
L’appellation « juifs pieds-noirs » est-elle légitime ? Si l’on peut en douter au regard de l’origine autochtone des juifs du Maghreb et des forts clivages ethnico-religieux qui sous-tendaient la société coloniale, il faut pourtant rappeler que la dénomination « pieds-noirs » s’est imposée dans le contexte bien précis de la guerre d’Algérie pour désigner l’ensemble des non-musulmans, qui deviendront des « rapatriés ». Par la suite, les rapatriés juifs en viendront à se détacher du groupe pied-noir pour affirmer une identité spécifique : « séfarades ». Pour autant, les productions cinématographiques postérieures aux rapatriements ont, semble-t-il, créé un imaginaire commun aux pieds-noirs juifs et non juifs…

Mots-clés : juifs, pieds-noirs, rapatriés, séfarades, cinéma.
Mots-clés géographiques : France, Maghreb, Algérie, Tunisie, Maroc.