L’aventure est en cuisine ! Les ménagères de la BD franco-belge des années 50

Par Astrid Marabet

 

Pour citer cet article : Astrid Marabet, « L’aventure est en cuisine ! Les ménagères de la BD franco-belge des années 50 », Séance n°6 du séminaire Doct’ISOR, tenue en salle 19B du centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le 18 mai 2016. URL : https://isor.hypotheses.org/316

Résumé

Jean Roba, Boule et Bill. Souvenirs de famille, 16, Dupuis, 1979, p. 29.

Durant les années 50 et 60, parmi les personnages qui ont animé les cases de la bande dessinée franco-belge, certains sont et restent connus de tous et toutes, tant ils sont devenus de véritables emblèmes. Ces personnages, qui évoluent dans des genres différents, ont des profils divers. Ils sont intrépides, courageux et constamment à la recherche d’aventures comme Tintin, Spirou, Astérix et Lucky Luke. Ils peuvent aussi être drôles et attachants comme le duo formé par Boule et Bill ou l’incorrigible Gaston Lagaffe. Ce sont tous des personnages masculins. En revanche, les personnages féminins semblent très peu présents dans cette période si prolifique pour la bande dessinée franco-belge. Pourquoi sont-ils si discrets, voire parfois « décoratifs » et pourquoi semblent-ils moins prestigieux que leurs homologues masculins ? Le présent travail de recherche s’efforce de démontrer et d’expliquer deux phénomènes qui touchèrent les « femmes de papier » durant la période des Trente glorieuses : une relative absence pour les unes, mêlée à une représentation empreinte de stéréotypes pour d’autres. Ce n’est qu’à la fin de cette période qu’apparaissent et s’affirment de manière croissante des héroïnes plus émancipées, dans le contexte de libéralisation des mœurs que connaît alors la société française et qui s’exprime, notamment, dans les arts. Dans cet article, nous nous intéresserons à un des types de personnages féminins fameux dans la production franco-belge de cette période, celui de la ménagère, en analysant ses caractéristiques morales et physiques, ses interactions avec les autres personnages, sa place et son évolution dans les séries étudiées.

Astrid Marabet est diplômée d’un Master recherche en Droit public et sciences politiques, spécialité Droits de l’Homme (Université Lumière Lyon 2) et d’un Master recherche en histoire contemporaine, spécialité Jeunesse, éducation, genre et sociétés XIX-XXIe siècles (Université Paris-Sorbonne). Cet article est réalisé à partir des travaux de son mémoire de recherche de Master 2 en histoire contemporaine intitulé Du fourneau au vaisseau spatial, la représentation de la femme dans la bande dessinée franco-belge jeunesse parue en France pendant les Trente Glorieuses, sous la direction de Monsieur Jean-Noël Luc, professeur d’histoire à l’Université Paris-Sorbonne.


Lire la suite