RENÉ ALLIO, ÉCRITS D’ÉCRAN (Appel à communication)


Laboratoire RIRRA21 (« Représenter, Inventer la Réalité du Romantisme à l’Aube du 21° siècle »), Programme « Actualité Esthétique du Cinéma et de l’Audiovisuel ».
En partenariat avec l’équipe « Images, Sociétés et Représentations » du Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris 1-Université Paris-Sorbonne)

rene-allio-journee-etudeJournée d’étude, Université Paul Valéry- Montpellier 3, le 18 avril 2017.

Sous la direction de Maxime Scheinfeigel (Université Paul Valéry)
et Myriam Tsikounas (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Le 18 avril 2017, le programme de recherche « Actualité Esthétique du Cinéma et de l’Audiovisuel » en partenariat avec l’équipe « Images, Sociétés et Représentations » du CRH, organise une journée d’étude dédiée au cinéaste RENÉ ALLIO, disparu en 1995. Son œuvre, trop peu connue, est pourtant d’une richesse sans pareille, puisque cet artiste majeur du second XXe siècle, d’abord peintre, a ensuite autant travaillé pour le théâtre que pour l’opéra, le cinéma et la télévision. Il a été décorateur, scénographe, scénariste et réalisateur. Il a également été architecte, concevant le théâtre de la Commune d’Aubervilliers, avec Gabriel Garran, le théâtre Sarah Bernhardt, puis, au côté de Paul Chemetov, le théâtre en plein air d’Hammamet et la Grande Galerie de l’Espèce du Muséum National d’Histoire naturelle.

Par ailleurs, René Allio a tenu sans relâche un journal, livrant, dans de nombreux carnets, des réflexions inspirées non seulement par ses activités professionnelles mais par ses lectures et les évènements politiques auxquels il fut confronté. Des extraits de ces écrits, présentés et édités par l’historienne Arlette Farge, parurent en 1991 sous le titre Carnets, aux éditions Lieu Commun. Grâce au soutien de Christophe Bara, un premier tome complet, Les Carnets I-1958-1975, vient de paraître aux éditions l’Entretemps. Ce premier tome est préfacé par Arlette Farge et Gérard-Denis Farcy, professeur émérite à l’université de Caen, en a piloté la présentation. Les maîtres d’œuvre de l’ouvrage sont Annette Guillaumin, professeur d’histoire et dernière compagne de René Allio, Myriam Tsikounas et Marguerite Vappereau, respectivement professeur d’Histoire et Communication et chargée de cours à l’université d’Amiens. Une table ronde les réunira avec d’autres intervenants qui témoigneront, à des titres divers, sur l’écriture de ces Carnets et sur leur sphère d’influence dans l’institution culturelle et artistique.

Dans la matinée, on s’intéressera aux différents écrits sur lesquels René Allio se fonde pour réaliser son œuvre cinématographique et télévisuelle. Dans un double mouvement, on s’interrogera sur la manière dont l’artiste évoque ces archives, articles, romans… dans ses carnets et sur la façon dont il les retraite, tout ou partie, pour les transformer en scénarios ou en déclaration d’intention adressée aux décideurs, tel le substantiel livret transmis à l’ORTF, en vue de réaliser une série de films sur le monde paysan, ou les écrits sur le CMCC, pour convaincre de la nécessité d’un travail cinématographique en régions et d’une ouverture sur la Méditerranée.

Trois types de documents, donnant lieu à des films tout autres ou à des projets inaboutis, tel Le Bon petit Henri, nous semblent devoir être observés :

– les écrits d’historiens, ceux de Philippe Joutard pour réaliser Les Camisards, ceux d’Arlette Farge, Michel Foucault, Jacques Gélis et Jean-Pierre Peter, pour concevoir Un Médecin des Lumières …

– les écrits d’artistes : la pièce éponyme de Bertolt Brecht pour La Vieille Dame indigne, le roman d’Anna Seghers pour Transit … ;

– les mémoires et souvenirs des « gens de peu » pour Rude Journée pour la reine, Le Matelot 512 et Moi, Pierre Rivière.

Pourquoi René Allio a-t-il choisi ces textes ? Comment a-t-il œuvré, seul ou avec Jean Jourdheuil, à leur adaptation pour le cinéma, en termes de scénario et de scénographie ? Son activité théâtrale a-t-elle un rapport avec ce travail ?

• Le comité d’organisation adresse cet appel à communication aux enseignants-chercheurs, aux chercheurs et aux doctorants.
• Les propositions de communication, de vingt minutes, incluront un titre, un résumé de 300 mots maximum, une bibliographie sélective et une brève notice biographique.
Elles devront être envoyées avant le 6 janvier 2017 à l’adresse mail de Maxime Scheinfeigel : mscheinfeigel@sfr.fr
Les auteur(e)s des propositions seront informé(e)s du résultat de la sélection le 31 janvier 2017 au plus tard.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *