Les Membres

Les organisateurs du séminaire 2016 :

    • Marine Beccarelli, doctorante contractuelle en Histoire contemporaine (CRH-ISOR, Paris 1) depuis septembre 2012. Après un travail de Master 1 consacré à la grève de la faim des prisonniers républicains nord-irlandais de 1981, elle a rejoint le Master Histoire & audiovisuel de Paris 1 où elle a soutenu un mémoire de Master 2 d’introduction à l’histoire des émissions radiophoniques de nuit. Elle poursuit désormais ses recherches sur l’histoire de la radio nocturne en France dans le cadre d’une thèse sous la direction de Myriam Tsikounas.
    • Julien Centrès, doctorant en Histoire contemporaine (CRH-ISOR, Paris 1). Sous la direction de Myriam Tsikounas, il travaille autour de L’Ecriture de l’histoire dans l’œuvre de Patrice Chéreau. Il s’intéresse particulièrement à l’écriture visuelle de l’histoire (spectacle vivant et audiovisuel). Son mémoire, soutenu en juin 2014, avait pour sujet Les Représentations de Marguerite de Valois / la reine Margot dans les fictions audiovisuelles françaises de 1910 à 1994. Il a collaboré à différentes manifesations culturelles autour de Patrice Chéreau depuis 2015 (Patrice Chéreau : un musée imaginaire; Patrice Chéreau en son temps; etc.). Il édite actuellement les notes de travail du metteur en scène aux éditions Actes Sud en collaboration avec l’IMEC.
    • Ève Givois, après un travail de M2 portant sur Les représentations des migrants ibériques au cinéma et à la télévision entre 1945 et 1974 en France, elle poursuit ses recherches dans le cadre d’un doctorat consacré aux migrants italiens, espagnols et portugais dans les médias audiovisuels français de 1921 à 1974, sous la direction de Myriam Tsikounas (CRH-ISOR, Paris 1).
    • Merlin Lambert, étudiant en Master 2 Histoire et Audiovisuel de l’Université Paris-1, ses recherches portent sur les représentations des Pieds-noirs – et Juifs pieds-noirs – dans les fictions cinématographiques et télévisuelles, du rapatriement de 1961-1962 à aujourd’hui.
      Il s’intéresse plus précisément à tous les films et téléfilms portant sur les Pieds-noirs une fois installés en France métropolitaine, et ce dans une approche globale: conditions de productions, analyse formelle, réception.
      Son questionnement de fond étant de savoir si l’on peut effectivement parler d’un genre pied-noir, ainsi que d’étudier les évolutions qu’ont connu ces fictions, dans leurs thèmes comme dans leurs contextes de création/production.

Erwan Pointeau-Lagadec, doctorant en Histoire contemporaine (CRH-ISOR, Paris 1).

Les organisateurs du premier séminaire en 2015 :

Marine Beccarelli, Julien Centrès, Ève Givois, Diane Lamand, Erwan Pointeau-Lagadec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *